B&B - Paris Les Coteaux



Chambre d'hôtes Train Bleu

Maison d'hôtes - Paris - Les coteaux

La chambre d'hôtes Train Bleu comprend :

  • 1 lit de 160 avec literie de haute qualité,
  • couette et oreillers anti-allergiques,
  • parure de draps brodée à la main,
  • serviettes brodées main,
  • wi-fi gratuit,
  • valet de nuit et chaise,
  • toilettes privatives accessibles de la chambre,
  • baignoire avec shampoing, savon & bain moussant,
  • les petits déjeuners faits maison sont offerts,
  • le ménage des chambres & sanitaire est fait toutes les 2 nuits, avec changement des serviettes.
blue train bedroom in BB Paris blue train bedroom in BnB Paris children's bed at BandB Paris blue train at B and B Paris blue train at B and B Paris Les Coteaux blue train at B and B Paris-Les-Coteaux

Le train bleu désigne un train de luxe de 1922 de la Compagnie des wagons-lits circulant entre Calais (correspondance de et vers l'angleterre) et Vintimille via :
Paris, Dijon, Marseille, Toulon, Saint-Raphaël, Cannes, Juan-les-Pins, Antibes, Nice, Monaco, Monte-Carlo, Menton :
Lancé en 1922, et d'abord baptisé "Calais-Méditerranée-Express", il est tout de suite surnommé "Train bleu" (nom qui ne deviendra officiellement le sien qu'en 1947) à cause de la couleur de ses nouveaux wagons-lits métalliques (de type LX) pour "luxe") bleus et or. :
Fréquenté par la haute société, il est exlusivement composé de voitures-lits, d'une voiture restaurant et d'une voiture-bar très raffinée, qui feront sa célébrité.

Dans les années 1960, il est limité au parcours Paris-Vintimille, les voitures de Calais étant incorporées à un nouveau rapide, le "Flandres-Riviéra" Calais-San Remo.
En 1968, il reçoit les toutes nouvelles voitures-lits de type T2.
Jusqu'en 1976 il garde tout son prestige, mais le retrait, cette année-là, de sa mythique voiture bar annonce le déclin.

En 1980, il perd son caractère exclusif en recevant dans sa composition d'ordinaires couchettes et, dans les années suivantes, par l'indifférence certaine de la SNCF, prétextant une concurrence de l'avion, puis du TGV, malgré une clientèle fidèle, son service ne cesse de se dégrader : suppression de la voiture-restaurant, des voitures-lits MU, puis enfin de toutes les voitures-lits, avec le retrait des T2 fin 2007.